Le Mag des Territoires Numériques

1er Partenaire média des collectivités numériques de France 

E-mail: contact@lemagdesterritoiresnumériques.com

Tél: 02 46 91 08 57

Adresse : 331 rue d'Alsace, 45160 Olivet

La rédaction est joignable du

Lundi au Vendredi : 

De 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Recevez nos actus !
  • La rédaction Du MAG !

La France face à la révolution 5G

Tribune de Thomas Gassilloud - Député de la 10ème circonscription du Rhône.


L’arrivée des technologies mobiles de cinquième génération constitue l’une des prochaines ruptures technologiques d’envergure.


Commercialisée en France à partir de 2020, la 5G couvrira un champ d’applications inouï et permettra un véritable saut de performance en termes de débit, de délai de transmission et de fiabilité de communication. Si son arrivée est très attendue dans le domaine industriel, elle bouleversera également notre quotidien : très haut débit mobile, e-Santé, Smart Cities, voitures autonomes etc. Bref, la 5G c’est une révolution ! Les enjeux économiques sont colossaux. Le cabinet anglais IHS Markit évalue à 12,3 trillions, autrement dit plus de 12.000 milliards de dollars, l'apport de la 5G à l'économie mondiale en 2035 soit presque l'équivalent de la consommation américaine en 2016 ! Mais avant de pouvoir bénéficier de la 5G, il faudra la déployer.


C’est ici que le chinois Huawei, le premier fournisseur de télécoms au monde particulièrement en avance sur cette technologie, sort du bois. Or plusieurs éléments sur le géant chinois font grincer des dents en Europe et outre-Atlantique. Entres autres, son dirigeant, Ren Zhengfei, est un ancien cadre de l’armée populaire de Chine. Surtout la loi chinoise impose à toute entreprise dont le siège social est en Chine à collaborer avec ses services de renseignements chinois. Pour Washington, l’équation est inacceptable et Huawei a été banni du marché Américain.

La raison ? Huawei, par l'intermédiaire de backdoors dans ses équipements 5G pourrait capter massivement des données sensibles ou poser des problèmes de résilience aux infrastructures vitales du Pays. Mais alors, la France dans tout cela ? Alors que la souveraineté de la Nation constitue un enjeu majeur, confier à Huawei les équipements actifs de notre futur réseau 5G c’est pour certains faire entrer le loup dans la bergerie. Dès lors, à l’autre bout du monde, une puissance de plus en plus conquérante se verrait capable de bloquer les communications et les transports de l’hexagone d’une simple pression sur un bouton. C’est “l’art de la guerre” de Sun Tzu appliqué à la lettre : “le plus grand général est celui qui envoie ses troupes après avoir gagné la bataille”. Force est de constater que nous ne pourrons pas nous passer de cette technologie. Notre rôle, en tant que législateur, est donc de trouver une solution permettant de ne pas bloquer le développement des usages tout en veillant aux enjeux de sécurité nationale.


Le Parlement s’est donc saisi de l’enjeu et a porté en mars dernier une “proposition de loi visant à protéger les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France”. Compte-tenu des enjeux forts de souveraineté associés au texte, la commission de la Défense a été associée à la réflexion. Après deux missions d’informations lancées en 2018, sur la numérisation des armées et la cybersécurité, les députés de la commission de la défense ont pu apporter un éclairage particulier concernant le fonctionnement des réseaux critiques et la communication en cas de crise.


Rapporteur du budget de l’armée de Terre et ancien chef d’entreprise dans les télécoms, j’ai été désigné comme rapporteur du texte par la commission de la Défense. Après les débats en commission, puis en séance publique, cette proposition de loi fut adoptée le dix avril. Le nouveau cadre permettra au premier ministre d’autoriser les équipements de manière restreinte dans le temps et dans l’espace.


Ainsi, une hétéronégnité de fournisseurs sera par exemple assurée afin de permettre la résilience des réseaux. Mais bien au delà de la loi, il est désormais nécessaire de développer la meilleure protection qui vaille dans le long terme, celle de l’avance technologique.


Aussi, l’enjeu est désormais de trouver les conditions pour le développement de Nokia et Ericsson, nos deux champions Européens !


Thomas Gassilloud